Bénédicte Gombault | Coordinatrice de projet senior | FRB

Bénédicte Gombault est coordinatrice de projet senior à la Fondation Roi Baudouin. La Fondation Roi Baudouin est une fondation indépendante et pluraliste, active en Belgique et au niveau européen et international. En 2020, la fondation et les fonds qu’elle gère ont attribué 96,3 millions d’euros de soutien à 3.873 organisations et 685 individus.

Le projet mené par Acemis pour la fondation Roi Baudouin s’inscrit dans le cadre d’un fonds particulier, le Fonds Dr Daniel De Coninck, qui vise à renforcer la 1ère ligne qui « regroupe toutes les personnes concernées par le bien-être et les soins de ceux qui nécessitent une assistance médicale et un soutien quotidien. Qu’il s’agisse d’un professionnel de la santé, d’un aidant ou d’un voisin, le but est identique : fournir une aide de première ligne accessible, humaine et de qualité ».

L’objectif du projet mené par Acemis visait à définir les contours d’une plate-forme de partage, d’échange et de formation pour les acteurs de la 1ère ligne en utilisant la méthode du design thinking.

La mission a commencé en même temps que la pandémie… et il a fallu adapter la méthode aux contraintes sanitaires tout en gardant autant que possible le lien avec les acteurs du terrain, surmenés et sursollicités par la crise sanitaire, pour proposer des pistes de solution co-construites avec eux.

Une méthode comme le design thinking était nouvelle pour moi. Je n’ai pas l’habitude de travailler en partant d’une méthode définie à l’avance et je dois avouer qu’au début, j’étais sceptique. J’avais notamment des craintes par rapport au secteur de la 1ère ligne, très sollicité…. surtout dans un contexte de crise pandémique avec des acteurs de terrain surmenés.  Ce qui m’intéressait, c’était le point d’arrivée du projet, davantage que le trajet. Petit à petit, vous m’avez convaincue. Au début, par exemple, je ne voyais pas l’intérêt de faire des immersions sur le terrain pour construire les contours d’une plateforme d’apprentissage et de partage de connaissance (dans le respect des règles sanitaires bien sûr) puis j’ai compris. C’était riche. C’était vrai, car c’était réel. Et surtout, j’ai compris que pour répondre aux besoins de ces acteurs, il faut prendre le temps de les comprendre, finement.

Je considère cette mission comme une réussite d’autant que ce n’était pas gagné d’avance et que la pandémie ne nous a pas aidés. Vous avez été réactifs, souples, vous vous êtes adaptés et surtout, on a fait tout cela ensemble, en partenariat, et toujours avec le souci d’être au plus près du terrain, de correspondre à leurs besoins, leurs attentes.

Au niveau du fond, on est parvenus à identifier de manière claire deux enjeux du secteur et neuf défis dans lesquels se reconnaissent les acteurs concernés et qui pourront utilement servir de base à des réflexions de fond, notamment politiques, sur l’évolution du secteur.

C’est une réelle valeur ajoutée pour celui-ci. 

 

Pour en savoir plus :